Rejoindre le laboratoire :
Réalisation de stages, mémoires, thèses de doctorat et post-doc sur les amphibiens

 

Ecologie de la conservation des amphibiens du Larzac face aux perturbations environnementales : appels en cours (Master 2)

Sur base d’un financement de 4 ans (2019-2022), le laboratoire lance un nouveau projet intégré et collaboratif en écologie de la conservation sur l’influence des espèces invasives sur les communautés locales d’eau douce, en particulier les amphibiens au Larzac. Des grenouilles exotiques ont récemment envahi les causses du Larzac mais leurs effets sont méconnus et certainement complexes sur les espèces locales, plusieurs d’entre elles en déclin. C’est particulièrement le cas des tritons pédomorphiques qui poursuivent une vie aquatique à l’état larvaire (conservation des branchies) tout en étant aptes à la reproduction. L’étude est principalement basée sur une approche en écologie trophique et en écologie comportementale de ces espèces (prédation, compétition, interactions). La recherche se veut à la fois fondamentale sur la compréhension des réseaux trophiques, des relations proies – prédateurs et des notions de coexistences entre espèces et appliquée en écologie de la conservation en déterminant le risque causé par les espèces invasives. Elle vise également à comprendre la démographie, la dynamique des populations et la génétique des espèces invasives. Plusieurs collaborations locales et internationales sont impliquées dans le projet.

Stages de master – Année académique 2019 – 2020

Nous proposons dès à présent trois à cinq stages conventionnés, en particulier de M2 (minimum 5 mois) sur les thématiques de recherches du projet en écologie de la conservation des amphibiens (écologie trophique, écologie du paysage, écologie de la dispersion, structures d’âge). Ils concernent en priorité les études et échantillonnages sur le terrain, sur le plateau du Larzac en France (avril à juin ou juillet de chaque année selon les stages). Ils ont une finalité tant en écologie fondamentale qu’appliquée. Les stages sont non rémunérés mais un logement pourrait être fourni au Larzac. Des bourses de mobilité peuvent toutefois être demandées. Le travail est réalisé en binôme ou en équipe plus large. Les stages peuvent aussi débuter plus tôt et se terminer plus tard que le volet de terrain et ce, dès lors se dérouler au sein de nos locaux à l’Université de Liège. Des stages peuvent également impliquer des déterminations d’invertébrés et quantifications des échantillons recueillis en laboratoire (stages longs ou hors période de terrain). Les étudiants d’autres institutions peuvent postuler pour le stage et ceux qui seront alors retenus disposeront du statut officiel d’étudiant d’échange (stages conventionnés).

Il est conseillé aux personnes intéressées par un stage sur les amphibiens de contacter le laboratoire (contact: Mathieu Denoël, voir page d’accueil) suffisamment à l’avance afin de mettre au point l’organisation du travail de recherches (plusieurs mois avant le début des stages). Les candidatures doivent être accompagnées d’un curriculum vitae complet et détaillé (avec relevé des grades / mentions et classements obtenus chaque année) ainsi que d’une lettre de motivation, le tout au format pdf, à envoyer par email, avec le mot STAGE en début d’en-tête, à M. Denoël.

Annonces – Sujets spécifiques de stage de Master sur les espèces invasives (pdf):

Stage Ecologie trophique  –  Stage Ecologie du paysage  –  Stage Ecologie de la dispersion

Bourses de doctorat et de post-doctorat

Des candidatures à des bourses de doctorat de 4 ans et de post-doctorats sont possibles dans le cadre de projets sur l’écologie de la conservation des amphibiens du Larzac. Les deadlines pour déposer un dossier de bourse de doctorat (via concours) pour ces autres projets ont lieu en février et fin août de chaque année. Une expertise dans le domaine poursuivi est demandée et, pour les post-doctorants, il est nécessaire d’avoir un nombre suffisant de publications.

Les candidats intéressés peuvent dès lors contacter le laboratoire plusieurs mois à l’avance afin de soumettre leur candidature initiale et, pour les candidats sélectionnés par le laboratoire, pour ensuite se préparer dans les temps à la rédaction du dossier de candidature au concours et ce, avec le support du labo. Les candidatures doivent être adressées par email (contact: Mathieu Denoël, voir page d’accueil) et être accompagnées d’un curriculum vitae complet et détaillé (avec relevé des grades / mentions et classements obtenus chaque année), une lettre de motivation, des lettres de références (ou noms et coordonnées de personnes de références) et si disponible une copie du rapport de stage de fin d’étude (mémoire). Les fichiers attachés doivent être uniquement au format pdf.

Liste de quelques publications (liens vers pdf) du laboratoire en lien direct avec le projet :

écologie trophiqueCMR et écologie du paysageespèces invasivespédomorphoseLarzac

Voir la page de l’équipe et des alumni pour les liens vers les publications issues des travaux menés par les étudiants étant venus mener des recherches au laboratoire.

Autres sujets de stages, doctorats et post-doc

Il est à noter que différents autres sujets de stage (> 4 mois) et mémoire de Master, de doctorat et de post-doc sur les amphibiens sont également possibles. Ces sujets peuvent concerner des études de terrain et/ou de laboratoire en Belgique ou à l’étranger. Les recherches peuvent porter sur différents domaines sous la thématique de la biologie de la conservation et de l’écologie comportementale et évolutive des amphibiens. Les sujets prioritaires actuels portent sur l’influence des espèces invasives (amphibiens et poissons en particulier) et de la sécheresse sur les communautés natives et en particulier les processus de diversité intraspécifique chez les tritons et salamandres et d’une manière plus générale d’écologie des communautés d’eaux douces.  Les approches relèvent en particulier de la démographie et de la dynamique des populations, de l’écologie trophique, de l’écologie comportementale et de l’écologie évolutive, également avec une finalité appliquée en biologie de la conservation.