Le Groupe de Recherche en Primatologie (Primate Research Group, PRG) s’intéresse principalement à des questions d’éco-éthologie et de socio-écologie des primates en milieu naturel. Tout d’abord principalement concentrées sur les mécanismes d’exploitation des habitats (écologie alimentaire, prédation des nids d’oiseaux, évolution des domaines vitaux), les recherches du PRG consacrent maintenant une importance croissante à l’étude du comportement des populations de primates au sein d’environnements perturbés, voire totalement anthropisés.

Les modifications des environnements, souvent liées plus ou moins directement à une pression anthropique, menacent dans bien des cas la survie des espèces végétales et animales et notamment celle des primates non-humains.  Si certaines espèces font montre d’une certaine flexibilité, d’autres sont moins adaptables et donc plus fragiles. L’évaluation systématique de l’adaptabilité ou de la fragilité des espèces face aux modifications de leur environnement est indispensable à la mise en place de mesures de protection et de conservation adaptées.

Au travers de l’étude du comportement et de l’écologie des primates, le PRG s’intéresse donc de plus en plus à leur conservation et notamment aux arguments soulignant leur importance: par exemple, le rôle des primates non-humains dans le maintien et la régénération de l’habitat forestier en tant que disperseurs de graines. Un second thème se focalise sur la dynamique écologique et comportementale caractéristique des populations de primates commensaux vivant en milieux fortement anthropisés, notamment en Asie. Dans ce cadre, nous développons également des projets appliqués de gestion de populations de macaques en conflit avec l’homme et analysons l’efficacité et les impacts des stratégies mises en place.

Historiquement, les recherches du PRG ont porté sur de nombreuses espèces, aussi bien de « grands singes » (apes and lesser-apes): gorilles, chimpanzés, bonobos, gibbons, que de « singes » (monkeys) : babouins, macaques, colobes, mangabeys, hurleurs, capucins, tamarins,… L’intérêt pour les espèces en milieu naturel peut également impliquer des moments de recherche en captivité, ce que nous entreprenons via des collaborations avec des zoos partenaires (notamment Cologne, Mulhouse, Strasbourg…).

Le groupe rassemble, de façon permanente ou temporaire, les membres de l’équipe de primatologie de l’ULiège, unité de Biologie du Comportement, et les collaborateurs extérieurs, membres de l’ULg (ex : Faculté de Médecine Vétérinaire) ou d’autres institutions (ULB, UCL, IRScNB, UAntwerp, …). Nous développons nos projets grâce à des collaborations établies de longue date avec des institutions internationales telles qu’en Thaïlande, en Indonésie et au Brésil. Les différents projets utilisent des méthodologies spécifiques aux problématiques envisagées et font appel aux compétences d’autres disciplines complémentaires aux méthodes strictement éco-éthologiques (notamment botanique, sciences vétérinaires, parasitologie, ….).

 

RESPONSABLES DU PRIMATOLOGY RESEARCH GROUP, PRG

Brotcorne Fany

Email: eb.eg1566115143eilu@1566115143enroc1566115143torbf1566115143

Huynen, Marie-Claude

ECO-ETHOLOGIE EN MILIEU NATUREL

ROLE DES PRIMATES DANS LE MAINTIEN ET REGENERATION DES MILIEUX FORESTIERS

ECOLOGIE COMPORTEMENTALE ET GESTION DES POPULATIONS EN MILIEUX ANTHROPISES

STRESS ET (BIO)-INDICATEURS

  • Kaisin, Olivier
  • Letot, Sylvie

ALUMNI

  • Devos, Céline
  • Albert, Aurélie
  • Serckx, Adeline
  • Granier, Nicolas
  • Hakizimana, Dismas
  • Sarah Martin
  • Delooz, Sophie
  • Broens, Damien

 

Sujets de mémoire proposés par le PRG

Propositions de mémoires : Master 2 Année 2017-2018

1.  Titre :Monitoring comportemental et niveau de stress chez des femelles macaques crabiers (Macaca fascicularis) stérilisées en milieu naturel (Bali, Indonésie)

Exposé du sujet : L’étude proposée s’intègre dans un projet à long terme de monitoring comportemental et démographique des macaques crabiers (Macaca fascicularis) vivant en milieu anthropisé à Bali (Indonésie). Ce projet est mené par notre équipe depuis 2009, en collaboration avec les facultés vétérinaires (ULg et Udayana à Bali). Il s’inscrit depuis 2016 dans le cadre d’un programme de stérilisation des femelles adultes destiné à limiter la croissance d’une population particulière (Ubud) vivant en surnombre dans un site touristique fréquenté au centre de l’île. L’étudiant(e) devra collecter des données comportementales sur les interactions sociales et sexuelles des femelles afin d’estimer les impacts éventuels des stérilisations sur les dynamiques sociales des groupes d’étude (N = 6). Il/elle devra également évaluer le niveau de stress chez ces individus via des indices comportementaux. Enfin, le monitoring inclut un suivi démographique détaillé afin d’estimer les variations dans la taille/composition des groupes et les taux de naissance. Combinées aux données antérieures, ce suivi permettra d’estimer l’efficacité du programme de stérilisation. Les techniques utilisées sont l’échantillonnage éthométrique classique (focal/scan/event sampling) sur un certain nombre de femelles et mâles adultes identifiés pour lesquels un set de données pré-intervention sera disponible. L’approche consistera dans des comparaisons avant/après stérilisation, et comparaison de groupes (stérilisées vs non-stérilisées). Les recensements démographiques se font par comptage direct des individus lors des déplacements collectifs des groupes. In fine, les données permettront d’ajuster les objectifs des campagnes futures dans la population d’étude, et d’évaluer les effets secondaires éventuels de ce type de campagne de contrôle des populations de macaques dans des milieux de forte densité, de plus en plus nombreux en Asie du sud-est.

Enumération des techniques utilisées: Echantillonnage éthométrique classique sur le terrain (Bali), recensements démographiques et utilisation du programme The Observer (Noldus).

 

2.   Titre :Prédation des nids d’oiseaux par le macaque à queue de cochon (Macaca leonina) dans un fragment forestier dégradé de Thaïlande : rôle de la distribution spatiale des nids artificiels

Exposé du sujet: L’étude proposée s’intègre dans un projet à long terme de l’étude de l’impact de la prédation de nids d’oiseaux par le macaque à queue de cochon (Macaca leonina) dans la Station de Recherche Environnementale Sakaerat (SRES), un fragment forestier dégradé de Thaïlande du nord-est. Ce projet est mené par notre équipe depuis 2017 dans le cadre du doctorat d’E. Gazagne sur l’impact écologique de Macaca leonina dans un environnement dégradé de Thaïlande. L’un des impacts de ces macaques omnivores et généralistes est la pression de prédation importante sur les nichées de populations d’oiseaux dans SRES (25% des évènements de prédation de 2014 à 2016). La prédation des nids par ce primate pourrait avoir d’importantes implications sur la dynamique de population des espèces d’oiseaux dans SRES. Des données antérieures révèlent le rôle potentiellement important joué par la distribution spatiale des nids, supportant l’hypothèse d’une stratégie sélective de fourragement pour cette ressource particulière.

En utilisant des nids artificiels suivis par caméra piège, l’étudiant(e) devra analyser en détails l’influence de la distribution spatiale des nids sur le risque de prédation, en utilisant un design spatial de placement des nids caractérisé par un gradient de densité (nids agrégés versus dispersés) en variant les distances entre les nids placés. Il sera également considéré l’effet du micro-habitat (hauteur des nids, de la canopée, densité de la canopée, ouverture du sous-bois, etc.) sur la prédation des nids par la troupe de macaques présente sur le site d’étude (SRES). Enfin, il/elle devra également quantifier l’étendue moyenne de la troupe, évaluer l’impact du patron de mouvement des macaques sur la prédation des nids artificiels en suivant la troupe de site dortoir en site dortoir au moins 5 jours consécutifs tous les mois et en collectant les coordonnées GPS de position. Le budget d’activité ainsi que les comportements alimentaires des macaques seront collectés en parallèle au suivi en utilisant des techniques d’échantillonnage classique (scan/focal). Combinées aux données antérieures, la mise en place de ces expériences in situ et le suivi de la troupe, permettront de déterminer la nature opportuniste vs. sélectif du comportement de recherche de nourriture des macaques.

Enumération des techniques utilisées :

– Etablissement d’une carte spatiale de distribution des nids artificiels (agrégés vs dispersés/random) et mise en place + vérification des nids artificiels in situ suivis par caméra piège

– Collecte des données de la dispersion moyenne de la troupe (group spread) et les patrons de mouvement (distance journalière parcourue, domaines vitaux et zones noyaux mensuelles) en collectant la position GPS lors des suivis.

– Echantillonnage comportemental type scan/focal.

Prérequis :

– Maitrise des techniques de SIG (cours à suivre obligatoire)

– Maitrise du logiciel R pour les modèles GLMs, en particulier le generalized estimating equation (GEE)

– Technique d’échantillonnage comportemental (Cologne).