Suivi du renforcement de la population du tétras lyre dans la réserve

Vos observations peuvent nous être très utiles . Si au cours d’une promenade vous apercevez un tétras, vous pouvez communiquer votre observation en complétant le formulaire en ligne prévu à cet effet.
Ouvrez-le en cliquant [ICI].

Présentation de l’espèce

Le Tétras lyre  (Tetrao tetrix ) est une des espèces les plus caractéristiques du plateau des Hautes-Fagnes.

Reconnaissable par son plumage noir à reflets bleus, le mâle possède des ailes brun noir avec une barre blanche. Le dessous des ailes et de la queue est blanc. Celle-ci se termine en forme de lyre, d’où le nom de l’oiseau. Les pattes sont courtes et emplumées. Au-dessus de l’œil, une caroncule rouge, très développée au printemps, surmonte un bec court.

Tétras lyre parade de courTétras lyre parade du mâle vue de profil
Tétras lyre queue en forme de lyre vue de face

Tétras lyre, queue en forme de lyre vue arrière

 

 

 

 

 

 

 

 

La femelle du Tétras lyre porte une livrée brune et roussâtre barrée de noir.
Sa queue est à peine fourchue.

portrait Tétras lyre femelle coq de Tétras lyre paradant autour d'une femelle

 

 

 

 

 

Depuis 50 ans, à l’instigation du Pr émérite Jean-Claude Ruwet, le service d’éthologie de l’université de Liège étudie le comportement, les structures sociales et la dynamique des populations du Tétras lyre, oiseau montagnard et nordique, symbole des Hautes-Fagnes. Installée chez nous il y a 10 000 ans, l’espèce était encore abondante il y a 40 ans. Mais ces dernières années,  seul subsistait, en région wallonne, un petit noyau de quelques individus.

Un projet de réintroduction est alors élaboré afin  de donner un souffle nouveau à la dernière population de tétras-lyres (Tetrao tetrix) qui subsistait dans la Réserve naturelle domaniale des Hautes-Fagnes en 2017 .

L’enjeu est d’aider l’espèce à remonter à un niveau de population viable à moyen puis à plus long terme (entre 80 et 160 individus mâles et femelles confondus), afin de sauver le tétras de l’extinction en Belgique.

Un premier  renforcement de population   a été réalisé en 2017  et  un deuxième en 2018.