Premiers produits de substitution des fameux chlorofluorocarbones (CFCs), les HCFCs (hydrochlorofluorocarbones) sont à présent eux aussi réglementés par le Protocole de Montréal sur la protection de la couche d’ozone. Le plus abondant d’entre eux, le HCFC-22 (CHClF2), qui est aussi un puissant gaz à effet de serre, a fait l’objet d’une étude menée par Maxime Prignon, récemment acceptée dans Atmospheric Chemistry and Physics Discussions. Cet article présente notamment une stratégie d’inversion améliorée qui permet de restituer de façon indépendante l’abondance de HCFC-22 dans la troposphère et dans la stratosphère.

Cette nouvelle stratégie a été appliquée à la série observationnelle du Jungfraujoch, permettant de caractériser l’évolution du HCFC-22 au cours des 30 dernières années. L’étude inclut en outre la comparaison avec d’autres jeux de données, avec le support de modèles atmosphériques, démontrant une belle cohérence entre toutes ces séries temporelles.

L’analyse des tendances révèle des vitesses d’accumulation de HCFC-22 significativement moindres ces dernières années, avec une croissance annuelle de son rapport de mélange troposphérique de 4 ppt pour 2012-2017, à comparer aux 6.5 ppt déterminés pour 1999-2008.

L’article est à présent paru dans Atmospheric Chemistry and Physics. Il est accessible via ce lien.