Dans le cadre des commémorations de la Première Guerre mondiale, une exposition est mise en place à Thimister-Clermont, intitulée « Autour du Cavalier Fonck« , du nom du premier soldat belge tué au combat le 4 août 1914. C’est l’occasion de poser trois questions à un des organisateurs, Christian Constant.

1. Pourquoi faire une exposition « Autour du Cavalier Fonck » ?

Dans l’Histoire du Premier conflit mondial, Thimister est localisé comme lieu où fut tué le premier soldat belge, le cavalier Fonck.

Un monument dressé le long de la N3 rappel ce fait d’histoire. Entre rappel du passé, redécouverte des villages et événement culturel rassembleur, le comité, composé de bénévoles, qui a mis sur pied cette exposition, souhaite aussi renforcer le lien social dans ce milieu rural du Plateau de Herve.

2. Que peut signifier la mémoire de ce Cavalier au 21e siècle ?

Aujourd’hui encore subsistent des imprécisions sur les circonstances exactes de cette première confrontation entre un lancier et l’avant-garde de l’armée prussienne. Nous avons donc pris le parti de présenter les huit récits connus de ces événements aux visiteurs et proposer à chacun les éléments pour qu’il se fasse une opinion.

En rencontrant la mort au matin du mardi 4 aout 1914, Antoine Fonck n’aura pas connu la guerre.

L’exposition aborde donc aussi le destin de quelques uns des 78 soldats partis de nos villages pour aller combattre et, pour onze d’entre eux, mourir sur les champs de batailles. À travers ces destins individuels, ce sont des milliers d’autres qui sont évoqués.

3. Des valeurs sont-elles mises en avant dans le cadre de cette exposition ?

Depuis le 11 novembre 1918, de nombreux conflits armés se sont succédés un peu partout autour du globe et l’humanité ne semble que trop lentement  tirer les leçons des expériences précédentes. Imprimé en police de caractère 12, il faut plus de six pages A4 pour lister les conflits armés survenus depuis 1918. Pourtant dans ces jours sombres, il y a aussi quelques dates clefs, comme la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le discours de Robert Schuman ou la Fondation de la CEE qui démontrent l’optimisme d’une action politique.

À l’issue de sa visite, nous proposons au visiteur de s’approprier l’une ou l’autre citations d’anonymes, de penseurs, décideurs ou artistes concernant la guerre, la paix et l’humanité. Susciter une réflexion est l’objectif annoncé. La volonté d’agir et l’action viendront peut-être plus tard et concernent chacun.

Depuis près de 70 ans maintenant, l’Europe connait une période de Paix,  nous la devons, en grande partie, aux bases du projet européen en cours. Le parti pris dans la conception de l’exposition est de faire appel à l’intelligence de chacun pour qu’il réfléchisse sur l’avenir auquel il souhaite participer.

Sources d’informations :

Dépliant de l’exposition.

Un publication intitulée 14-18 à Thimister-Clermont est également disponible.

Reportage de Televesdre