L’ouvrage Les jeunes et le génocide des Juifs. Analyse sociopolitique, vient de paraître chez De Boeck.

La mémoire du génocide des Juifs est très présente dans les sociétés occidentales à travers des vecteurs de socialisation comme l’école, les médias, la famCaptureille, et plus récemment les réseaux sociaux et Internet. Quelles peuvent être les conséquences de la transmission de cette mémoire sur le développement des attitudes et des comportements politiques des jeunes ? C’est la question centrale de l’ouvrage qui présente les connaissances, les émotions et les valeurs mobilisées par les jeunes dans le cadre de groupes de discussion, et qui surtout les met en perspective avec leurs représentations et leurs perceptions des autorités politiques. Au final, plusieurs questions difficiles pour le futur émergent. En effet, à bien des égards, l’impact de la transmission de la mémoire du génocide des Juifs sur la socialisation politique des jeunes pose la question  de l’éventualité de sa répétition, de son caractère exceptionnel, de sa compréhension, ou encore de l’effacement de sa mémoire dans la dynamique des générations et du temps qui passe.

Préface d’Anne Muxel (CEVIPOF, Sciences Po Paris)

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+Email to someonePrint this page