Le nombre de cas de myopathie atypique ne cesse d’augmenter ces derniers jours. Merci de transmettre le message ci-dessous à vos connaissances via votre page Facebook.

Invitez vos contacts du milieu équestre à s’inscrire pour recevoir les messages d’alerte via le site officiel géré par des chercheurs de l’Université de Liège : http://www.myopathie-atypique.be

Si vous avez connaissance d’un cas, MERCI de le déclarer :

– en tant que propriétaire, via le lien http://labos.ulg.ac.be/myopathie-atypique/questionnaire-proprietaire/

– en tant que vétérinaire, via le lien http://labos.ulg.ac.be/myopathie-atypique/veterinaire/formulaire-veterinaire/

AUTOMNE 2016 – A la date du 17 octobre 2016, 7 cas compatibles avec le diagnostic de myopathie atypique ont été communiqués à la Faculté de Médecine vétérinaire de Liège et au RESPE.  Ces cas ont été recensés en Belgique (2 cas) et en France (5 cas).

Les conditions climatiques saisonnières sont propices à l’émergence de cas de myopathie atypique. Aujourd’hui nous savons que la toxine responsable de la myopathie atypique est présente dans les graines de certains érables dont l’Acer pseudoplatanus (= érable sycomore). Donc, il est primordial d’éviter que les équidés (chevaux, ânes, zèbres…) les ingèrent. Avec le changement de température, les graines commencent à tomber et le risque d’intoxication est important. Dans la limite du possible, il faut limiter l’accès aux pâtures qui contiennent des érables. Dans le lien ci-dessous, vous trouverez des informations (en français) relatives à la myopathie atypique. Attention, le vent disperse les graines : il est important de parcourir votre prairie pour vous assurer qu’elle n’en contient pas.

http://www.farah.ulg.ac.be/cms/c_28271/fr/myopathie-atypique-chevaux-en-danger-de-mort

L’équipe de l’AMAG