HIVER 2017 – A la date du 27 janvier 2017, 266 cas compatibles avec le diagnostic de myopathie atypique ont été communiqués à la Faculté de Médecine vétérinaire de Liège et au RESPE.  Ces cas ont été recensés en Belgique (53 cas), en France (171 cas), en Suisse (9 cas), en Allemagne (20 cas), au Royaume-Uni (9 cas), en République-Tchèque (2 cas), en Irlande (1 cas) et au Pays-Bas (1 cas).

Aujourd’hui nous savons que la toxine responsable de la myopathie atypique est présente dans les graines de certains érables dont l’Acer pseudoplatanus (= érable sycomore) (http://labos.ulg.ac.be/myopathie-atypique/maladie/). Donc, il est primordial d’éviter que les équidés (chevaux, ânes, zèbres…) les ingèrent. Avec les vents, les graines tombent en masse et le risque d’intoxication est important. Dans la limite du possible, il faut limiter l’accès aux pâtures qui contiennent des érables. Dans le lien ci-dessous, vous trouverez des informations (en français) relatives à la myopathie atypique. Attention, le vent disperse les graines : il est important de parcourir votre prairie pour vous assurer qu’elle n’en contient pas.

http://www.farah.ulg.ac.be/cms/c_28271/fr/myopathie-atypique-chevaux-en-danger-de-mort

Si vous avez connaissance d’un cas, MERCI de le déclarer :

– en tant que propriétaire, via le lien http://labos.ulg.ac.be/myopathie-atypique/questionnaire-proprietaire/

– en tant que vétérinaire, via le lien http://labos.ulg.ac.be/myopathie-atypique/veterinaire/formulaire-veterinaire/

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Share on LinkedInEmail to someonePrint this page