Chevaux à risque

Les chevaux pâturant en présence d'érables à l'automne et au printemps sont particulièrement à risque

Les chevaux pâturant en présence d’érables à l’automne et au printemps sont particulièrement à risque

Les chevaux de moins de 3 ans (surtout les poulains de 18 mois) et les chevaux plus âgés (en particulier les très vieux) sont plus fréquemment la cible de la myopathie atypique
Les chevaux maigres ou d’embonpoint normal sont plus à risque que les obèses (toutefois attention aux excès tout aussi néfastes)
Chevaux non vaccinés, non vermifugés

Prévention

Rentrer en priorité les jeunes chevaux à l’écurie lorsque des séries cliniques de myopathie atypique se déclarent
Vacciner et vermifuger régulièrement les chevaux
Nourrir les chevaux avec des concentrés pendant les saisons à risque (essentiellement, l’automne et le printemps) ou augmenter la ration s’ils en recevaient déjà
La maladie peut être prévenue par  la stabulation permanente pendant les périodes critiques (automne et printemps) ou, du moins, en réduisant le temps passé au pâturage (la mise à l’écurie temporaire en fonction des conditions météorologiques devrait être considérée, à l’automne et au printemps car le vent, les pluies fortes favorisent la mise au sol des samares de l’érable)
Rentrer les chevaux à l’écurie lorsque les conditions climatiques sont défavorables (pluie, vents violents, premiers jours de gel …) et ce à l’automne, en hiver et au printemps
Abreuver les chevaux avec de l’eau de distribution
Mettre une pierre à lécher en permanence à disposition des chevaux

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Share on LinkedInEmail to someonePrint this page