Prairies à risque

Une toxine produite par un arbre commun (i.e. l’érable sycomore) est donc à l’origine de la maladie. Cela rend, de par la distribution des arbres et la dissémination de leurs graines, la prévention difficile mais celle-ci reste essentielle car il n’existe actuellement aucun antidote à la toxine.

 

Prairies où des chevaux sont morts précédemment
Prairies contenant de l’herbe rase
Prairies contenant des feuilles mortes amassées à l’automne
Prairie humide, bordée ou contenant un cours d’eau
Les risques de myopathie atypique sont augmentés lorsque, en automne, les chevaux reçoivent du foin déposé à même le sol dans un environnement humide et/ou lorsque le foin donné est de mauvaise qualité (par exemple avec des traces de moisissures)

Prévention

Offrir aux chevaux des prairies suffisamment fournies en herbe et idéalement sans samares en automne et sans plantules d’érables au printemps
Retirer les amas de feuilles en automne
Empêcher l’accès aux zones humides lors des périodes à risque
Supprimer toute plante potentiellement toxique ainsi que toute moisissure
Proscrire le pâturage durant les saisons à risque des pâtures dans lesquelles des cas de myopathie atypique se sont déclarés ou dans lesquelles des cas de mortalité inexpliqués ont été rapportés
Préférer le retrait manuel des fèces à l’épandage mécanique (voire laisser les crottins en place)

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Share on LinkedInEmail to someonePrint this page