Panorama des fondations en Belgique

Cette première étude, menée en 2013 par Amélie Mernier sur la base des différentes données disponibles sur le secteur, dresse un panorama actualisé de la réalité des fondations belges, en termes de nombre, évolution, rôles, actifs, ressources humaines, etc.

Les résultats de ce panorama ont été présentés durant l’été 2013 lors des conférences EMES (Réseau européen de recherche sur l’entrepreneuriat social) et ERNOP (European Research Network on Philanthropy). Un condensé de cette étude sera publié incessamment par le Réseau belge de Fondations.

L’objectif cette recherche réalisé durant l’année 2013 était de dresser le panorama du secteur des fondations en Belgique et de répondre à la question suivante : « Que savons-nous aujourd’hui sur les fondations en Belgique ? »

Cette recherche s’est articulée autour de 3 axes principaux :

Une revue de littérature sur le périmètre national a permis de répertorier toutes les études réalisées et les papiers publiés sur le secteur des fondations en Belgique jusqu’à aujourd’hui. On dénombre 16 études et articles sur le secteur des fondations en Belgique, publiés entre 1999 et 2008. Parmi ces études, certaines adoptent une approche plutôt sociologique alors que d’autres privilégient une approche plutôt économique. La plupart des articles proposent cependant une analyse administrative du secteur plutôt que réellement explicative et se basent sur des données obtenues par enquête. La majorité des études sont conduites et/ou dirigées par des acteurs de terrain comme la Fondation Roi Baudouin ou le European Foundation Centre. De plus, la plupart des études précédemment réalisées en Belgique se focalisent uniquement sur les fondations d’utilité publique, peu d’informations sont disponibles à l’heure actuelle sur les fondations privées.

La deuxième étape a consisté à rassembler toutes les données disponibles sur les fondations en Belgique sans conduire d’enquête dédiée: données administratives, données comptables, emplois, etc. A l’heure actuelle, en dehors de la Banque Carrefour des Entreprises (BCE) qui répertorie tous les statuts juridiques des entreprises, il n’existe pas de base de données centralisée sur les fondations au niveau national et plusieurs sources doivent être combinées pour dresser le panorama des fondations en Belgique. Si le Ministère de la Justice fournit la liste des fondations d’utilité publique, les données correspondantes aux fondations privées ainsi que les données comptables et relatives à l’emploi pour les deux types de fondations doivent être collectées auprès d’autres organismes comme la Banque Nationale et l’Office National de Sécurité Sociale (ONSS). Grâce à la collaboration de ConcertEs, une première base de données a pu être constituée en vue de dégager certaines caractéristiques du secteur. Cette base de donnée sera complétée et mise à jour dans le courant de l’année académique 2013-2014.

Troisièmement, les données collectées ont été analysées en vue de déterminer les grandes tendances et caractéristiques du secteur: nombre de fondations existant aujourd’hui en Belgique (à fin 2011, 488 fondations d’utilité publique et 725 fondations privées sont répertoriées), année de création, répartition des deux types de fondations par région, domaines d’activité dans lesquels les fondations sont actives et poids de l’emploi pour les fondations (une estimation de 10.000 emplois équivalent temps-plein pour les fondations d’utilité publique).

Cette première étude constituait le passage obligé pour développer une connaissance précise du secteur des fondations en Belgique et pour élaborer différentes questions de recherche encore inexplorées. Les données disponibles sans conduire d’enquête ad hoc fournissent néanmoins une information limitée sur le secteur. La Chaire Baillet Latour a pour projet la réalisation d’une vaste enquête auprès des fondations belges.

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Share on LinkedInEmail to someonePrint this page