Le Smart City Institute contribue à la construction de projets d’agriculture urbaine

Jusqu’en septembre 2020, ce ne sont pas moins de 10 projets de serres en toiture, dont 4 belges, que le Smart City Institute (SCI) soutient aux côtés du CRAU (Centre de Recherche en Agriculture Urbaine) et autres partenaires européens, dans le cadre du projet européen intitulé GROOF. L’objectif : faciliter et accompagner l’émergence de serres en toiture en milieu urbain, en vue de réduire les émissions de CO2.

Parmi les 10 projets sélectionnés par l’équipe GROOF (Greenhouses to Reduce CO2 on rooFs) sur base d’un appel à candidatures figurent 1 projet luxembourgeois, 5 projets français, et 4 projets belges.

Ces projets explorent non seulement différentes techniques de culture (serres hydroponiques, aquaponiques, potagers en terre, etc.) mais poursuivent aussi des objectifs variés : éducatifs, sociaux, environnementaux, commerciaux, etc.

Les projets belges

  • Green(s)pote – Bruxelles
    L’objectif de cette serre portée par Les amis de l’Entrepote est de permettre aux voisins de jardiner/produire des légumes toute l’année et de fournir une partie de la production au restaurant Belgobon, situé juste en dessous du Jardin. Voir la fiche projet
  • Pousses & vous ! – Bruxelles
    Ce projet a pour vocation de développer des projets pédagogiques dans les écoles primaires et secondaires, en étroite collaboration avec les enseignants, à travers des activités de mise en situation sur le terrain. Les récoltes représentent les sous-produits socialement valorisés par des dons à des organisations caritatives. Voir la fiche projet
  • Novacitis – Liège
    Création de synergies à travers les quatre unités alimentaires qui seront construites dans l’ancienne menuiserie de la Ville de Liège : une zone de production sur le toit, une cafétéria, un magasin d’alimentation de proximité et une unité de transformation alimentaire. Voir la fiche projet
  • Les Petits Poucets – Namur
    Ce projet poursuit deux objectifs : d’une part, produire et vendre dans le centre-ville de Namur des produits sains, frais et savoureux, et d’autre part, proposer des cycles de formation pour les porteurs de projets. Voir la fiche projet

Les projets français

  • J’habite mon jardin – Tours
    Ce projet, conçu comme un outil d’insertion sociale, a été créé par Tours Habitat, l’organisme de logement social de la ville. La production de légumes et de fruits est principalement destinée aux futurs habitants du site. La partie production sera complétée par des formations, de l’animation, de la communication vers un large public, des groupes d’étudiants aux agriculteurs urbains.Voir la fiche projet
  • ISA/Yncrea – Lille
    L’école d’ingénieurs Yncrea veut créer le premier démonstrateur européen de l’alimentation et de l’agriculture pour la ville de demain. Dans un espace de 3000 mètres carrés, Yncrea créera différentes entités : un espace de Biohacking pour des approches pédagogiques, une usine alimentaire, un centre d’enseignement, un showroom innovant, un incubateur de start-up, une unité verticale d’expérimentation agricole, un espace ouvert pour les citoyens. Voir la fiche projet
  • Culina Hortus – Paris
    Cueillette Urbaine, entreprise à l’origine du projet a pour ambition de créer un système de ferme urbaine clé en main qui consomme peu d’énergie et est totalement écologique tout en étant productif. Par l’intermédiaire de Culina Hortus, ils prévoient de construire la première ferme aquaponique et bioclimatique en serre de France sur le toit du 12ème étage d’un immeuble parisien (PARIS 12).Voir la fiche projet
  • Symbiose – Nantes
    Ce projet de 400 mètres carrés situé sur le toit d’un immeuble résidentiel existant offrira aux habitants un nouveau volume à investir pour diverses activités communes : jardin partagé, expérimentations d’agriculture urbaine, lieu d’éducation pour le quartier.Voir la fiche projet
  • Toits Vivants – Arcueil
    Toits Vivants est une association qui vise à développer des écosystèmes comestibles intégrés et participatifs. Le projet, piloté par un promoteur immobilier (Axone Promotion) consiste à développer une serre urbaine multifonctionnelle et un jardin potager commun situés sur les toits des immeubles d’habitation à la disposition des résidents.Voir la fiche projet

Le projet luxembourgeois

  • Adhoc habitat participatif – Kirchberg
    Adhoc habitat participatif est une association à but non lucratif luxembourgeoise qui vise à fournir des logements abordables pour une communauté stable à long terme. A travers cette serre sur toit, ils renforceront la cohésion sociale entre les résidents tout en créant un lien avec l’environnement.Voir la fiche projet

En quoi consiste l’accompagnement ?

Nicolas Ancion, chargé de projet GROOF pour le SCI et le CRAU, explique : « L’expertise GROOF porte sur 4 compétences essentielles au développement d’une serre en toiture : construction, échange énergétique, techniques de production et modèle économique. Le CRAU est compétent en matière de production, tandis que le SCI intervient sur l’aspect managérial/stratégique. Concrètement, pendant une année, nous accompagnons ces porteurs de projet au travers de conseils personnalisés et de journées de coaching thématiques afin de les aider à faire aboutir leur projet. Ces journées de coaching permettent également un réseautage efficace, des échanges de bonnes pratiques, des retours d’expériences et sont ponctuées par des visites sur sites d’initiatives existantes ». La seconde édition de ce coaching avait lieu les 27 et 28 janvier derniers à Bruxelles et a permis aux différents porteurs de projets de s’atteler au business model de leur projet.

Serres en toiture : un nouveau modèle économique à accompagner

En tant qu’institut dédié aux villes intelligentes et durables et spécialisé dans les questions de management, le rôle du SCI, en tant que partie prenante du projet GROOF, est d’accompagner ces nouveaux projets qui voient le jour, afin de les aider à construire des modèles viables, et donc durables.

Nicolas Ancion : « En effet, les projets novateurs ont un facteur de réussite moins important, dû au risque qu’ils prennent en innovant. La faillite d’Urban Farmers en juillet 2018 (une des plus grandes serres sur toit européennes située aux Pays Bas) en est d’ailleurs un exemple criant. Dans ce cas précis, les nombreuses innovations concentrées en un même endroit ont rendu le projet très (trop ?) complexe et ont conduit à un échec financier, cependant riche d’apprentissage pour le secteur. C’est pourquoi il est primordial de sensibiliser et d’accompagner les nouveaux projets qui voient le jour ».

Quelle suite pour ces projets ?

À l’issue de cette première année de coaching, 4 des 10 projets – les plus aboutis – pourront bénéficier d’une seconde session de coaching avec l’équipe GROOF, de septembre 2020 à mars 2021.

Plus d’informations sur www.groof.eu